Dans cet article et cette vidéo, je vais répondre à une question qui revient souvent, Comment jouer du blues au piano.

Ce style à part, est une rencontre de l’Afrique et de la musique blanche Américaine, qui a produit un mélange atypique aux couleurs mineures et majeures.

Nous verrons en détail dans cet article, ce rapprochement de la différence et cette rencontre, entre des accords majeurs et une gamme à la sonorité mineure…

Une musique capable d’adoucir les mœurs…

Et bien que la pratique du blues puisse être approfondi pendant toute une vie, il a aussi cette particularité d’être simple à appréhender, même pour un musicien pianiste débutant.

Un style pour tous et pour tous les âges, qui réconcilie les virtuoses et les débutants, autour de soirées animées.

Il est particulièrement adapté pour :

  • Le musicien autodidacte, même débutant, qui veut apprendre à improviser et s’éclater sans se prendre la tête.
  • Tout pianiste, quel que soit son style, qui joue de la variété, du classique, du jazz, de la pop… Et qui veut apporter un son bluesy à son jeu, en y ajoutant des riffs de blues passe partout.
  • Les musiciens qui souhaitent se détacher de la partition pour improviser et découvrir une nouvelle façon d’exprimer leur musicalité et leur créativité.

Découvrons ensemble comment jouer du blues au piano et improviser dès ce soir pour vous faire plaisir et épater vos amis…

Comment jouer du blues au piano

La grille

Il existe plusieurs formes de Blues. Mais nous verrons ici, une grille de blues standard. Soit, 12 mesures, à raison d’un accord par mesure :

|C7|F7|C7|C7|

|F7|F7|C7|C7|

|G7|F7|C7|G7|

Ce qui est important, c’est d’entendre et de connaître par cœur à l’oreille, une grille de blues qui tourne.

Les accords sont simples, il s’agit dans notre exemple d’un enchaînement de 3 accords de septième.

Cette suite d’accords forme une cadence plagale, c’est à dire le degré IV F7 qui résout et alterne avec le degré I C7.

Et enfin, L’accord dominant G7 qui marque et confirme la tonalité (en C majeur dans notre exemple), et se résout sur C7, premier degré.

L’accord dominant G7, joué à la 12ème mesure du blues, vient relancer la grille.

Conseil : jouez la grille, chanter les notes de basse, c’est à dire les fondamentale de chaque accord et habituez-vous à entendre la grille.

L’idée est de savoir exactement où vous en êtes dans les mesures, juste en écoutant.

Car cela vous permettra de vous libérer de la partition quand il s’agira de jouer et d’improviser dessus, que vous soyez seul, ou que vous jouiez en groupe en soirée ;)

Les accords

Comme vous pouvez le constater, nous allons commencer par cette grille standard, constituée d’accords septième.

C’est une des particularités du blues. Car normalement, le premier degré devrait être un accord majeur 7 (Cmaj7, et le quatrième degré devrait être un accord majeur 7 (Fmaj7) également.

Dans ce style dit « modal », bien que la couleur des accords soit modifiée, on les considèrera tout de même comme les degrés I et IV de la tonalité choisie.

Pour rappel, un accord de septième est constitué :

  • D’une note fondamentale (exemple la note do pour l’accord de C7)
  • D’une tierce majeure (la note mi pour l’accord de C7) située à 2 tons d’intervalle de la fondamentale
  • D’une quinte juste (la note sol pour l’accord de C7) située à 3 tons et un demi-ton d’intervalle de la fondamentale
  • D’une septième mineure (la note sib pour l’accord de C7) située à 5 tons d’intervalle de la note fondamentale. On peut la penser aussi située à 1 ton au-dessous de la note fondamentale, ce qui est beaucoup plus simple.

Concrètement :

  • Pour C7 : les notes sont do mi sol sib
  • Pour F7 : les notes sont fa la do mib
  • Pour sol7 : les notes sont sol si ré fa

La gamme blues

Le gros avantage du piano blues, est qu’il ne nécessite pas de connaître le solfège ou tout un tas d’outils harmoniques compliqués pour commencer à s’amuser.

A l’aide d’une simple gamme à 6 notes, vous pouvez improviser sur tous les accords de la grille.

La gamme de prédilection du blues est la « Gamme blues ».

Il s’agit en réalité d’une simple gamme pentatonique mineure à laquelle on a rajouté une note supplémentaire qui donne le son et le cachet unique au blues.

Construction de la gamme blues

Gamme blues = Gamme pentatonique mineure + Blue note

Nous allons construire la gamme blues de C pour l’exemple, ce qui nous permettra d’improviser sur la grille décrite dans cet article.

Tout d’abord, construisons la gamme pentatonique mineure de C :

  • Il nous faut bien entendu la première note, do, la tonique.
  • Puis, une tierce mineure, la note mi bémol, située à 1 ton + 1 demi ton d’intervalle de la note do.
  • Ensuite, une quarte, le fa, située à 2 tons + 1 demi ton d’intervalle.
  • C’est au tour de la quinte, la note sol, située à 3 tons + 1 demi ton d’intervalle.
  • Et enfin la septième mineure, le si bémol, située à 5 tons d’intervalle.

Maintenant, il nous faut rajouter la note spéciale qui donne le son blues :

  • La Blue note, qui est la quinte bémol, située à trois tons de la tonique do. Cette note, sera donc le sol bémol (ou fa dièze).

Ce que l’on constate, c’est que nous allons là, une gamme à la sonorité mineure, qui sera utilisé pour improviser sur des accords de septième.

Donc on jouera du mineur sur du majeur… C’est toute l’étrangeté du blues.

Cela sort complètement des règles harmoniques établies depuis des siècles.

Car il est normalement jugé faux de mélanger en musique du mineur avec du majeur.

Et pourtant… Culturellement parlant, notre oreille s’est habituée à entendre cela et à apprécier cela.

C’est toute la magie du blues. Un style modal à part…

Comment jouer du blues au piano en pratique

Concrètement, je vous recommande de pratiquer sur une piste instrumentale, pour vous aider à entendre et vous imprégner de la grille de blues.

Vous trouverez tout ce qu’il faut dans Ce cours Blues jazz offert, véritable Kit du parfait bluesman débutant.

Et voici ce que vous devez prendre en compte pour bien vous amuser dès ce soir à improviser blues.

Le rythme… Blues binaire ou blues ternaire ?

Dans ce style, vous trouverez des accompagnement blues binaire ou ternaire.

La différence se situe au niveau de l’interprétation des croches.

En ternaire, la croche qui se situe entre les temps est légèrement décalée, ce qui crée le jeu swing.

Une bonne façon de penser des croches swing est de penser des triolets. Mais au sein de ces triolets, vous ne jouerez uniquement que la première croche et la troisième croche.

Une façon plus simple mais maladroite de penser le jeu swing, ou l’interprétation des croches ternaires, est de penser des croches pointées doubles…

Je ne détaillerai pas le jeu binaire, il s’agit simplement de la façon habituelle de placer des croches…

Enfin, il est important de préciser que dans ce style, on compte les temps sur 2 et 4. Cela contribue à penser les temps différemment et à jouer plus naturellement dans les règles de l’art du jeu swing.

Cette façon de penser les temps est normale dans la musique américaine, que l’on parle du Blues, du jazz, du rock et tous les cousins et cousines…

La main droite

Concernant le jeu main-droite, je vous recommande d’utiliser simplement et uniquement la gamme blues.

Inutile de vous lancer dans des rythmiques complexes, car il vaut mieux rester simples, tout en privilégiant la précision, au risque de vous perdre dans la grille.

Vous pouvez vous amuser à vous balader dans le registre aigu du clavier à jouer les notes de la gammes blues, en jouant les notes les unes après les autres, en utilisant des valeurs rythmiques comme :

  • Des rondes
  • Des blanches
  • Des noires

Et quand vous aurez un peu plus d’entrainement :

  • Des croches (binaires ou ternaire selon le style)
  • Des triolets
  • Des valeurs de silences

La main gauche

Restez simple au départ.

Il y a bien des façons de rythmer à la main gauche.

L’important est de former les bons accords et de jouer bien en rythme.

Ce que je recommande et tout d’abord de s’entraîner à jouer des valeurs longues, soit, l’accord demandé sur le premier temps de chaque mesure.

Ensuite, on peut corser un peu les choses.

Vous pouvez jouer sur tous les temps des rythmiques blues types comme :

  • Alterner simultanément (du grave à l’aigu) les notes do sol, do la sur chaque temps, dans le registre grave ou médium du clavier, pour l’accord de C7.
  • Alterner simultanément les notes fa do, fa ré sur chaque temps, dans le registre grave ou médium du clavier, pour l’accord de F7
  • Alterner simultanément les notes sol ré, sol mi sur chaque temps, dans le registre grave ou médium du clavier, pour l’accord de G7

Ou ajouter un côté blues-jazz à votre accompagnement main gauche, en jouant la pompe sur les temps deux et quatre.

Pour cela, je vous invite à découvrir notre article « Jouer du piano jazz et improviser en 5 minutes« .

Comment jouer du Blues au piano dès aujourd’hui

C’est à vous de jouer !

Une seule recommandation, lancez-vous, car vous n’avez pas besoin de grand-chose à savoir autre que la gamme blues et des trois accords qui se battent en duels…

Et on vous pardonnera les erreurs de doigtés, privilégions le piano plaisir, n’en déplaise à certains pianistes trop moulés.

Cela ne veut pas dire que vous ne devez pas progresser en technique, penser des bons doigtés, travailler le répertoire, les accords et les gammes, mais surtout, de grâce…

Ne vous bloquez pas et autorisez-vous de vous faire plaisir dès aujourd’hui, sans attendre de savoir jouer comme Winton Kelly ou Bill Evans…

Et pour vous aider ?

J’ai préparé Ce cours blues pour vous :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas rendue publique.